Mis en avant

T’es qui toi ?

Une petite présentation s’impose

Bienvenue sur mon nénufar

Quand Ptibébé âgé de quatre ans, rencontre des inconnus, il a toujours cette phrase qui fait sourire les mamies : « Euh t’es qui twa ? » . Je plaide coupable mes tétards ! Depuis qu’il est né, j’ai du lui lire un million de fois « la grenouille à grande bouche », best-seller des lecteurs en couches-culottes. Comme nous sommes copines, toi et moi, je te file le lien afin que tu puisses toi aussi, pincer la bouche pour récolter un fou-rire ! C’est cadeau, vraiment j’insiste !

Alors je vais maintenant répondre à vos interrogations les plus folles. Mais qui est donc Fantastic Kermit et pourquoi la suivre dans ces folies ? Jeune maman dans la trentaine, ex-esclave en cohabitation intelligente avec PapaD’amour, passionnée par l’écriture, la lecture, les arts en tout genre, les voyages et la forêt noire (non pas cette région d’Allemagne, grenouille, je parle de ce gâteau venu des cieux), j’ai eu envie de partager ces petits moments de la vie qui sont extraordinairement simples.

Ici des fous rires, pas de non-dits, de l’humour noir, du second degrés et du plaisir, encore et toujours. Installez-vous mes grenouilles et reprenez un cookie, c’est gratuit !

Bruxelles : ville européenne familiale

Au cours de ce doux week-end fêtant les mamans, j’ai emmené la femme de ma vie visiter la capitale européenne. Sans enfants au bout de mon bras, mais bien présents dans mon cœur, j’ai pu arpenter cette ville magnifique et rapporter dans mon esprit de bonnes idées pour vous, mes grenouilles.

Bruxelles : aux portes de Paris

Située à seulement 1 h 30 de Paris en Thalys, Bruxelles (Brussel pour les intimes) est une destination accessible pour un week-end familial. Même si Bruxelles est un ville immense, il est facile de s’y déplacer avec des enfants. En effet, les vélos et les trottinettes sont légions. A pied, en bus et en métro, visiter Bruxelles sera un vrai jeu d’enfant.

Bruxelles : que voir, que faire ?

Brussel est une ville qui se visite les yeux grands ouverts. Tout commence par la plus belle place du monde : la Grand Place. Entourée de monuments tous plus beaux les uns que les autres, vous serez emporté dans un monde nouveau. Celui des chocolatiers, des gaufres succulents et des bières mousseuses… Les amoureux de littératures seront ravis de partir à la recherche de la maison où a vécu Victor Hugo. Ensuite, partez sous les arcades et faites un vœu en frôlant la statue couchée. Payez-vous une gaufre à la maison Dandoy et donnez-en un bout à vos enfants ! Regardez autour de vous, sur les façades colorées de Bruxelles et découvrez les fresques notamment celle représentant une des star de la ville : Tintin.

Au détour d’une rue, admirez le symbole de Bruxelles : le Manneken Pis autrement dit le petit homme qui se soulage dans une fontaine. Sûr que votre enfant trouvera très drôle de voir cette statue faire pipi en pleine rue. Attention à ce que cela ne lui donne pas des idées !

Non loin de là, allez vous rafraîchir au parc de Bruxelles qui se situe près de la place Royale. Véritable poumon vert, vos bambins pourront jouer aux jeux du parc ou encore se faire arroser par la fontaine géante s’y trouvant.

Si vos enfants en sont friands, Brussel a de nombreux musées, pour tous les goûts. Il est également possible de la visiter en calèche ou en bus.

Bruxelles : bonnes adresses

Vous trouverez aisément de bonnes auberges pour vous restaurer que ce soit le matin ou le soir.

Cependant, me concernant, une adresse a retenue mon attention et je tenais à la faire connaitre de vous, les copines.

Comme vous ne le savez pas, je suis sensible à mon environnement. Le bio, le bon, le cuisiné et de plus en plus le semi-végétalisme sont des choses qui me tiennent à cœur. Fourchette à bicyclette est un restaurant où vous serez accueilli chaudement pour un brunch sans gluten et végan.

https://fourchetteabicyclette.com/fr (c’est cadeau)

En ce qui concerne l’hôtel, nous en avons vu beaucoup et pour tous budgets. Nous avons choisi l’appart’hôtel de la Citadines Sainte-Catherine. Spacieux, propre, agréable et de bons conseils, on vous fournit même les parapluies le plan de la ville. Après 15 km de marche, nous étions ravies de nous installer dans le salon cosy avec un thé et un café offert par la maison. Des jouets et des livres sont mis à disposition pour les enfants. Cerise sur le gâteau : l’établissement se situe à seulement 600 mètres du centre de Bruxelles.

https://www.citadines.com/en/belgium/brussels/citadines-sainte-catherine-brussels.html (Arrête de me remercier, tu vas me faire rougir ! )

N’hésite pas à me demander des informations complémentaires ! Bonne découverte Bruxelloise !

Instruction obligatoire à 3 ans : à vos cartables !

Il y a une semaine, le sénat a voté la loi de l’école de la confiance portée par notre ministre de l’éducation nationale. Cette loi obligera nos têtards en culottes courtes à l‘instruction qu’elle soit en famille ou dans un établissement scolaire. Emmanuel Macron l’a dit et il l’a fait. A partir de la rentrée de septembre, vos petits bouts, prêts ou non, devront ouvrir un cahier et réciter l’alphabet.

Instruction obligatoire à 3 ans : qu’est-ce que ça change ?

Bonne question ma grenouille ! Techniquement, je dirais pas grand chose. Quand on sait que la grande majorité des enfants de 3 ans est scolarisée en maternelle, la loi votée mercredi dernier, ne va pas révolutionner l’éducation de nos enfants.

Une minute, les filles, on me crie dans l’oreillette.

Tu as eu raison de m’interrompre ! Car il existe une minorité d’enfants pour qui cela va tout changer. Nous parlons de ces petits bouts de chou qui ne veulent pas aller à l’école, de ceux qui ne sont pas physiquement prêt ou ceux dont les parents ont fait le choix de les laisser profiter de l’enfance encore un peu. Jardin d’enfants, crèches , assistantes maternelles ou encore les jupons de maman (ou de papa), ces enfants pouvaient continuer à dormir, jouer, explorer et sans que personne ne viennent les déranger pour aller se ranger, en rang, deux par deux et surtout … en silence !

Instruction obligatoire à 3 ans : le choix encore possible !

Ne l’oublions pas, nous avons encore le choix dans notre beau pays. Certains choisiront l’école de la République, d’autres un établissement privé. Sachez que vous avez également la possibilité de garder vos bambins en choisissant de les instruire en famille. Pour cela, une lettre à la mairie et à l’inspecteur de l’académie dont vous dépendez et vous pourrez aller au rythme de votre enfant. Si vous ne pouvez pas vous permettre de stopper votre activité, il existe des écoles alternatives de type Montessori, Steiner ou encore Freinet.

Notre gouvernement est attendu au carrefour. La confiance est rompue depuis de nombreuses années entre l’école de la République et les parents d’écoliers. Entre harcèlement scolaire, professeurs dépassés par des classes surchargées et les enfants porteurs de handicap mis de côté faute de formation des enseignants, nous sommes curieux de voir le résultat de ce choix surprenant. En effet, nous ne comprenons pas tellement d’où leur vient cette idée de scolarisation à peine sorti du nénuphar … Quand on sait que les meilleurs résultats scolaires proviennent de pays ayant fait le choix d’une instruction obligatoire tardive ! Affaire à suivre …

Adolescence : comment ne pas se mettre à dos son ado ?

Hier, tu t’extasiais de son premier mot, de ses premiers pas. Aujourd’hui, tu as le sentiment de vivre avec une personne que tu ne connais pas. La raison de ce revirement : l’adolescence !

L’adolescence : que se passe-t-il pour ton enfant ?

Le doudou et l’enfance sont les seules choses qui sont rangées dans la chambre de ton ado. Tant de bouleversements pour lui ces derniers temps. Tu as vu la banderole << le changement c’est maintenant >> sur son front le jour de ses 11 ans, peut-être même avant cela. Tu as envoyé un mail à François Hollande pour ne pas le remercier de sa trouvaille, qui semble parler à ton enfant et tu as essayé de comprendre … sans succès.

Laisse-moi éclairer ta lanterne, ma grenouille ! L’adolescence est une période difficile pour ton petit. Période de changement, de choix, elle peut être extrêmement délicate à assumer. Tout d’abord, il y a ces changements physiques. Les poils apparaissent, les organes sexuels se développent et ton adolescent peut avoir du mal à savoir qui il est et ce qu’il va devenir dans ce corps qu’il ne reconnaît pas. Sur le plan psychique, tout se bouscule. Les émotions dominent, les hormones s’affolent. Ton adolescent ne trouve pas sa place. Sorti de l’enfance mais pas encore entré dans l’âge adulte, il est comme on peut le dire vulgairement « le cul ses petites fesses entre deux chaises ». Afin de se faire une place en ce bas monde, ton adolescent va se jeter dans des situations qui peuvent être potentiellement indélicates. Expériences excitantes, interdites, amitiés fusionnelles, amour passion, il cherche le frisson et tu ne fais plus partie de sa liste de personne de confiance, toi qui cherche à lui barrer le chemin. Comment faire pour ne pas casser le lien ? Suis-moi, nous allons nous installer dans le sofa.

Adolescence : comment l’aider à garder le fil avec toi ?

« Tu n’as jamais été jeune ! Tu ne peux pas me comprendre ! »

Ouille ! Cette phrase a été lancée entre deux cris, entre trois larmes et entre quatre ou cinq reproches. Elle tourne dans ta tête pendant qu’il boude en écoutant System of A Down dans sa chambre fermée à clé.

Plutôt que de jurer à qui veut l’entendre que tu n’attends que son absence pour respirer, ne fuis pas devant la souffrance de ton enfant. Ouvre la porte, propose lui de partager une boîte de chocolat et surtout : écoute ! Même si ses problèmes ne te semblent pas si difficiles à résoudre, entends ce que ton enfant te confie. Ne juge pas, ne conseille pas, sois simplement présent. Tout comme tu tenais sa main pour qu’il ne tombe pas lors de ses premiers pas, tu vas tenir son cœur sur le chemin de sa vie qui commence pour ne pas qu’il se brise.

Cesse de donner des ordres et opte pour le conseil. Laisse- lui des choix que tu penses acceptables. N’oublie pas qu’il est guidé par ses émotions ! Le braquer est la pire des choses à faire. Sois clair sur ce qui est indispensable à son bien-être et qui te conviens, notamment au niveau de ses responsabilités et de l’aide qu’il doit apporter à la maison. Pour le reste, fais-lui confiance et lâche prise. L’adolescence ne dure pas pour toujours et un jour viendra où vous rirez ensemble de cette période délicate.

Femme vs mère : pourquoi choisir ?

 Chaque femme est sa propre poupée, qu’elle habille et arrange.  Alphonse Karr

Trouver un équilibre entre sa féminité et sa maternité

Nous l’avons toutes vécues, ce moment où devant notre miroir, nous nous sommes demandées où nous avions laissé notre féminité. Cet instant qui nous remet sur le chemin de la vie. Ce déclic, pour certaines d’entre nous ! Quand me suis-je perdue ? Ais-je encore envie de continuer ainsi ? Suis-je seulement une mère et une épouse ? Si tel est le cas, est-ce un choix de ma part ?

Quand le premier bébé paraît (Meghan si tu nous regardes …), nous lui donnons tout. Notre corps est transformé par la grossesse, notre poitrine sert de garde manger ou alors est tellement douloureuse, qu’en attendant que cela dégonfle, il est interdit de s’en approcher. Notre moral est tombé dans nos escarpins, que nous avons dû laisser à notre petite sœur pour cause de pieds enflés … Vous l’avez compris, nous ne sommes pas au top (sauf toi Meghan, mais on ne t’a rien demandé, reprends un cookie, tu en as besoin) ! Viennent ensuite les nuits pourries , les repas pris sur le pouce, le temps qui manquent pour soi et les câlins avec PapaD’amour à heures fixes …

Oui mais voilà, ça suffit ! Aujourd’hui, vous en avez assez d’être la maman, la femme, la maîtresse, l’employée ou la patronne ! Aujourd’hui, vous voulez être vous, la femme que vous étiez, qui se cache depuis quelques années et que vous mourrez d’envie de retrouver.

Cinquante nuances de femmes !

Regardez autour de vous ! Toutes les femmes le disent, elles en ont assez d’enfiler du matin au soir, les différentes casquettes que la société leur vissent sur la tête. Nous naissons bébé braillarde, parce que nous sommes des filles, nous devenons des poupées à habiller et à façonner selon l’image que nous devons donner au monde, puis nous sommes jeunes femmes et nous devons trouver un mari, un emploi. Quand la bien-pensance le décide, nous pouvons donner la vie et nous le faisons avec plaisir, nous avons été programmée pour cela. Une fois que l’enfant parait, nous ne pouvons plus être femme nous devenons mère. Puis les enfants quittent le nid et nous ne savons plus qui nous sommes. N’attendez pas mesdames ! Oui, vous avez le droit de ne vouloir ni mari, ni enfant, ni carrière. Oui, vous pouvez vous maquiller sans complexe (en respectant la nature tout de même) , porter des jupes courtes et des talons hauts en conduisant Ptibébé à la crèche. Oui, vous pouvez sans honte, dire que vous avez préféré vous payer une séance de massage avec votre plus vieille amie plutôt que d’accompagner Princesse chez sa copine et attendre devant la barrière la fin de l’anniversaire. Oui, vous avez le droit de claquer du temps, de l’argent, de l’énergie, pour vous. Oui, vous pouvez partir en vacances seule parfois. Vous avez le droit de vivre, pour vous ! Non, le monde ne va pas s’écrouler si vous ne repassez pas les chemises de PapaD’amour (il est assez grand pour le faire), si vous n’invitez pas douze enfants pour l’anniversaire de Porcelaine parce que, d’avance, cela vous rend dingue, si vous craquez pour un fast-food ce soir parce que vous êtes épuisée … Non, vous ne devez pas être parfaites, vous devez être heureuse !

La cité des enfants

Sortie à la cité des enfants avec mes têtards

Mais c’est quoi ça ?

La cité des enfants, c’est un pôle de la cité des sciences et de l’industrie, qui se situe à Paris, plus précisément au parc de la Vilette. J’ai amené Princesse (8 ans), Porcelaine (5 ans) et Ptibébé (4 ans), visiter cet endroit pas plus tard qu’hier. Résultat : ils ont adorés …

Il faut dire qu’il y a tout ce qu’il faut pour mes têtards avides de sciences. Des jeux d’eaux qui mouillent, des expériences plus vraies que nature, des sensations, du bruit et des enfants qui courent devant leurs parents épuisés mais gagas. Le bonheur !

Concrètement, vous avez au choix, deux endroits. L’un est dédié aux 2-5 ans et l’autre aux 5-12 ans. Nous avons débuté par le parc des petits, pour finir dans celui des grands.

Les différentes salles de la cité des enfants

Je vous conseille d’opter pour la salle des tout petits, uniquement si vous n’avez que des loulous de moins de 4 ans. Découverte des sens, une partie chantier rigolote, des jeux d’eaux et un endroit sport et arts. Vous avez 1h30 pour tout faire et avec des tout petits, c’est compliqué de tout voir en une fois. Mes 3 amours ont adorés, évidemment, absolument tout est prévu pour que ce soit le cas.

La salle des plus grands est vraiment top et vaut selon moi vraiment la peine de s’y rendre. Studio tv, coin jardinage, le corps humain, l’astronomie, des jeux d’eaux mouillés, un coin usinage … Cette salle est très bien pensée. Ptibébé y a trouvé son compte et a préféré celle-ci à celle dédié aux enfants de son âge.

Informations pratiques

Il est fortement conseillé, voir obligatoire, de réserver vos billets à l’avance. Lors de notre visite, il y avait un monde fou et tous le monde avait pris son ticket sur le site. Vous gagnerez du temps et de l’énergie. Un vestiaire est proposé gratuitement. Il se trouve au fond de la cité des sciences.
Vous avez le choix de plusieurs horaires, je vous conseille de prendre ceux du matin, il y aura moins de monde et vous aurez le temps pour profiter du site ensuite. Pensez à arriver au moins 45 minutes à l’avance, le temps de se garer, de passer au vestiaire et de s’installer en salle d’attente tranquillement. Vous avez 1h30 pour tout faire et croyez-moi c’est court. Vos billets vous donnent accès au sous-marin et au cinéma Louis Lumière que nous n’avons pas pu tester, pour cause de grosse fatigue.

En ce qui concerne le parking, il n’y en a qu’un. C’est un immense parking souterrain qui vous coûtera environ 15 euros, selon le temps passé sur place. Vous avez le choix de venir en tram ou autre moyen de déplacement écologique. Vous pouvez vous restaurer sur place. Il y a des snacks, des fast-food dont un avec un clown souriant que les enfants adorent …

TDA/H : nos enfants extraordinaires

Ces enfants aux supers pouvoirs que l’on nomme : les TDA/H

Le quoi ?

« Maman, j’ai un vélo de course dans la tête ». Le jour où Princesse, 6 ans à l’époque, m’a dit cette phrase, j’ai d’abord sourit. Ma fille a le don des mots justes. Puis, j’ai regardé dans le rétroviseur de la vie. Cette enfant n’a jamais fait de sieste, elle ne se fatigue que quand elle nous a épuisé, elle a toujours beaucoup de projets et ne tient en place que dans de rares occasions. Ce n’était pas un vélo qui roulait, c’était une fusée qui décollait.

Le TDA/H ou plus exactement le Trouble du Déficit d’Attention avec ou sans Hyperactivité, est un trouble neuro-développementale qui entraîne des problèmes d’attention. Parfois, il est accompagné d’hyperactivité ou plus exactement d’impulsivité.

Voilà, ce que te dit l’ami Google, quand tu cherches, ce que peut bien avoir ton petit monstre ange. Dieu soit loué, dans notre quête de la vérité, nous avons rencontré un professionnel du TDA/H qui a changé notre vision de ce « trouble » et a aidé notre Princesse a accepté ce qu’elle est.

Docteur, racontes-moi une belle histoire ?

Le jour où nous avons décidé que notre fille avait besoin d’aide, nous avons cherché le bon professionnel. Nous en avons vu plusieurs qui nous ont tenu le discours ci-dessus. Ils ne proposaient rien, ils énonçaient les faits. Échec scolaire, adolescence difficile, difficulté d’insertion et surtout comment faire pour que cet enfant entre enfin dans le moule étroit de la société.

Puis, un jour, miracle ! Nous sommes entrés dans le cabinet d’un docteur pas comme les autres. Il nous a parlé de supers pouvoirs, de compétences exceptionnelles et de voiture de course dans un monde de tracteur. Il nous a aidé. Et Princesse s’est vu comme elle était vraiment : extraordinaire. Non, mon enfant n’a pas de « trouble de déficit de l’attention », elle est capable de coudre pendant des heures, de lire des romans de 300 pages, de patienter dans la file d’attente de Crush Coaster, de m’épater tous les jours et de tant d’autres choses. Elle est toujours volontaire pour sortir de table et aller chercher les desserts, pour faire les carreaux, pour se rendre utile et bouger intelligemment. Princesse est active, certes mais hyper ? Non ! Si elle était née durant la préhistoire, elle aurait été la première femme chasseuse-cueilleuse et aurait été adulée. C’est la question que je vous pose, mes grenouilles, est ce l’enfant TDA/H qui a un trouble ou notre société qui ne sait pas s’adapter ? Vous avez deux heures …

En attendant, je vous engage à prendre connaissance des conseils de cet excellent psychiatre :
ici

Vous avez également des groupes, dont celui-ci mais aussi celui-là.

Mères parfaites, levez-vous !

Coucou les grenouilles,

Aujourd’hui, samedi, nous sommes ! Oui, grenouille, je sais que tu es dégoûtée, parce que ton petit ingrat est debout depuis 6 heures du mat’ alors qu’il est toujours à ronchonner :  » Suis CHATigué moman  » toute la semaine …

Attends, ne pleures pas, je te ressers un café ! Ça va mieux ? Je t’en prie l’amie !

Ce que j’aime dans le week-end, c’est l’apéro de ne pas avoir à emmener mes enfants à l’école ! C’est la course aux chaussettes, la course contre la montre, la course aux chaussures et pour finir, on arrive tellement en retard que je les envoie s’excuser à ma place ! Mais le plus difficile, tous les jours de la semaine, c’est de croiser le regard empli de pitié de … la mère parfaite.

Tu l’as senti, grenouille, toi aussi, ce frisson te parcourir l’échine … C’est cet effet, que cette maman idéale fait sur nous toutes, nous les mères imparfaites, les mères courages, les mères qui déchirent et surtout les mères indignes qui s’assument ! Pas plus tard qu’hier, je regardais cette maman, et tu sais ce que j’ai vu, grenouille ? Une tutain de grosse publicité mensongère !

Je te dis comment j’ai réalisé ceci … Elle est là, tout sourire, toujours la première arrivée et la dernière partie … Oui parce que la mère parfaite, elle doit toujours aller voir la maîtresse (alors que toi, tu l’esquives grave !). Elle a toujours un petit sac rempli de pots de yaourt vides, lavés, triés par taille, couleurs et même qu’elle a gravé dessus  » je t’aime maman  » pour la fête des mères qui arrive ! Elle rit aux éclats avec la reine du cœur de ton enfant, elle lui frôle le bras. Que dis-tu grenouille ? Elle la drague ? Grenouille, c’est pour ta clairvoyance que je t’ai choisie … Tu as tout à fait raison ! La mère parfaite est une relou qui colle sa proie, la met dans ses filets, la harcèle et finit pas lui manger le cerveau après l’accouplement. Une mante religieuse, rien de plus, rien de moins !

La mère parfaite récupère les enfants des autres, juste comme ça, par altruisme, pour rendre service, quoi ! Elle accompagne à toutes les sorties scolaires et à ce moment là, elle fait partie de l’équipe enseignante. Elle est toujours aux réunions, elle connait les prénoms de TOUS les gamins de la classe et elle fait même un effet de cheveux quand une dizaine se jette sur elle en me pétant les oreilles : » SANDRIIIIIINEEEEEUUUUHHH ! »,  » Les enfants m’adorent, ils sont tellement géniaux !!! « 

Oui, mais voilà, tout ceci m’a interpellé ! Comment peut-on être aussi insupportable cool, sans arrêt, toute l’année, même quand il pleut ? J’ai mené mon enquête pour toi, grenouille !

Tout d’abord, en phase d’observation, j’ai remarqué les premières failles. La mère parfaite sourit comme Miss France à tous le monde, seulement voilà, quand vous ne la regardez pas, elle pince la bouche plus que les autres ! Curieux ! Bon passons ! Je l’ai suivi (bah quoi ? elle va à la poste et moi aussi, simple coïncidence, monsieur le juge !) et son cinéma se poursuit en dehors des murs de l’école, partout où elle passe, tu es certaine de ressortir agacée et en retard.

La prochaine étape étant l’action, il a fallu ruser ! Oui parce que, grenouille, comme tu le sais, je ne suis pas une mère parfaite … Je crie, je cours, j’arrive en retard au carnaval de l’école (true story ! ), je suis heureuse de laisser mes enfants pour quelques heures de calme et de sérénité (non, non, ils ne me manquent pas !) … Alors, copiner avec cette mère parfaite, relevait de la mission impossible de Tom Cruise. Je me suis approchée, petit à petit, j’ai souri, j’ai pris sur moi, je lui ai demandé des conseils sur son merveilleux gâteau, sur 5 étages, rempli de pâte à sucre, qu’elle avait amené pour l’anniversaire de son gosse parfait et je l’ai félicité pour le déguisement fait main du carnaval. Une fois la patte bien graissée, il s’est passé une chose étrange. Elle m’a proposé de venir chez elle, pour boire un thé fait maison ! Je suis une reporter sans frontière, les gars. J’ai prévenu mon assurance, je suis rentrée dans la parfaite maison, parfaitement rangée, de la parfaite famille et je me suis installée au comptoir de sa parfaite cuisine, pour y boire un thé au jasmin absolument … Tu vois ce que je veux dire !

Et c’est à ce moment précis que j’ai réalisé l’ampleur de l’arnaque ! Elle était terriblement seule. Elle s’est mise à me parler de tout, de son mari parfait qui n’était pas souvent à la maison, de son désir d’avoir d’autres enfants mais sa peur de ne pas y arriver … Oui parce que être parfaite, ça demande de l’énergie, grenouille. J’ai vu son regard, j’ai entendu sa détresse, j’ai compris son besoin de reconnaissance et je suis devenue son amie !

Alors maintenant, mesdames et messieurs, les jurés, c’est à vous que je m’adresse ! Ces femmes sont assez difficilement supportables, je vous l’accorde, mais ne jugez jamais un livre à sa couverture ! Peut être que cette mère qui nous agace tant, a besoin d’aide, d’une amie, d’un café dans la cuisine ! Pensez-y, mes grenouilles, la mère parfaite n’est pas forcément une connasse !